Jardin

Cure d'azalée


Entretien et maintenance des azalées


Réputée pour sa beauté, ce qui en fait la plante parfaite pour un cadeau floral, l'azalée est un arbuste nain de la famille des Rhododendrons, dont la tige ne dépasse pas 90cm de hauteur. Il existe plus de 1000 types différents d'azalées, parmi eux, en raison de petits détails ou particularités, tels que l'exposition, l'habitat ou la période de floraison. Certaines espèces diffèrent même par la forme des pétales et le type d'inflorescence: à partir des fleurs à 5 pétales, nous arrivons à des fleurs à 30 pétales, comme le spectaculaire "Rhododendron Balsaminiflorum". Pour cette raison, par exemple, il est facile de trouver à la fois des plantes à feuilles caduques, qui perdent leurs feuilles de façon saisonnière, et des conifères. Au moment de l'achat, il est bon de se renseigner sur le type d'azalée choisi, afin de pouvoir mieux suivre l'arbuste dans ses soins. Généralement, cependant, la plante se caractérise par une floraison abondante qui a lieu au printemps et dure plusieurs jours. En cette période, l'arbuste devient une véritable explosion de couleur.

Exposition et milieu de culture



Que vous le cultiviez en pot ou que vous le cultiviez en pleine terre, l'azalée a besoin de soins minutieux. Tout d'abord, la terre. L'habitat parfait, en effet, est constitué par un sol avec un pH acide, soit entre 5,6 et 6. Si vous cultivez de l'azalée en pleine terre, pensez à fertiliser votre sol avec un engrais spécifique pour les acidophiles, facilement disponible sur le marché en magasins de jardinage et de bricolage. Aussi, assurons-nous que le sol choisi est bien drainé, s'il n'est pas mélangé avec du sable ou de la tourbe, pour le rendre aussi doux et fertile que possible. En fait, la plante a un système racinaire très délicat et dense. Aussi pour cette raison, le paillage est recommandé pour protéger la plante des changements de température, froids et chauds. Un autre facteur déterminant est le choix de l'exposition. En fait, l'arbuste ne tolère pas la chaleur torride et l'exposition à la lumière directe du soleil. Les zones idéales sont les zones très ombragées, où la bonne fraîcheur est garantie, ou la bonne chaleur, mais pas l'exposition directe aux intempéries.

Arrosage et taille



On a déjà dit combien il est important pour la croissance optimale de l'azalée d'avoir un sol bien drainé et fertile. L'arbuste, en effet, a idéalement besoin d'un sol toujours humide mais pas mouillé. En effet, un arrosage hivernal correct permet et favorise le développement et la croissance des bourgeons pour la floraison printanière. Au contraire, un excès d'eau pourrait faire pourrir les racines dans l'eau stagnante. Rappelons-nous donc d'arroser la plante avec constance et avec l'abondance requise par la saison dans laquelle nous nous trouvons: moins fréquente en hiver et plus fréquente, au contraire, dans les périodes les plus chaudes de l'année. Nous devons également nous rappeler de ne pas arroser l'arbuste avec de l'eau du robinet. Étant un acidophile, il aura besoin d'eau aussi faible que le calcaire. L'élagage, en revanche, est une pratique fondamentale. Il faut le faire à chaque extrémité de la floraison pour éclaircir la plante des branches moins luxuriantes et sèches. Une autre astuce très importante, pour ne pas surexploiter la plante et gaspiller ses énergies, est de retirer les fleurs de la brousse dès qu'elles commencent à dépérir.

Maladies des plantes



Les ennemis de la plante ne sont pas seulement les conditions climatiques et l'habitat. Il y a certains parasites qu'il serait bon de surveiller. Les plus courants sont les moisissures et les champignons, en particulier le Phytophthora, qui se développent le long des racines de la plante lorsque le sol n'est pas bien drainé et stagne. Pour les combattre et éviter la mort de la plante, une intervention avec un fongicide chimique est nécessaire. Les araignées rouges, les pucerons et la cochenille la plus commune, en revanche, sont de très petits insectes mais potentiellement nocifs pour la plante. En fait, ce sont de vrais parasites qui se nourrissent de la plante et de ses forces vives, l'affaiblissant au point d'inhiber les mécanismes d'auto-génération. Dans ce cas également, des pesticides chimiques adaptés à ces problèmes existent sur le marché. Cependant, certaines maladies dérivent de l'épuisement des sels minéraux ou du fer dans le sol. C'est le cas de la chlorose dite ferrique, véritable pathologie, qui voit la couleur des feuilles de la plante se décolorer subitement. La seule façon de résoudre ce problème est d'assurer une bonne fertilisation et un pH acide du sol.